Comme tous les ans, cette course marque généralement le début de la saison des trails en Normandie, avec en même temps la 1ère manche du "Trail Toru 76", c'est donc avec une grosse motivation que j'arrive ce Dimanche à Gonfreville L'Orcher, d'autant plus que les sensations sur mon dernier entrainement étaient très bonnes.
 
On retrouve les copines et copains, la météo est tip top, d'après l'organisation le terrain n'est pas détrempé, bref toutes les conditions sont réunis pour faire une belle course !
Trails des 7 Mares 2014
Je pars dans le 1er tier de la course comme en 2013, pour ne pas me retrouver dans les bouchons, dès le 1er single venu, le début du parcours est assez roulant et rapide, pas trop technique, mais cassant avec une bonne succession de montées, descentes à flanc de coteaux. La dernière grosse montée de cette première partie nous amènes sur le plateau de Rogerville, ou un photographe est embusqué prêt à tirer le trailer sauvage !

Puis vient la descente dans le vallon d'Oudalle et là premier truc bizarre, j'ai les jambes "bloquées", je n'arrive pas à allonger dans la descente, même si je ne suis pas un cabri en descente, je vais mieux que ça d'habitude, du coup je me bloque et n'arrive pas à récupérer dans cette descente.

Dans la longue ligne droite et plate (la seule du parcours) qui nous mène vers le ravito, je n'arrive pas à récupérer, j'ai un gros coup de mou, je ne me sens pas bien, j'ai des frissons. Je zap le ravito, ayant ce qu'il faut sur moi, je prends une barre, un gel et je m'hydrate. Arrivé en haut du gros pétard après le ravito, je me pose la question "Est-ce que j'en reste là ?", j'hésite, je marche sur la route, je trottine, tous les copains (Laurent C, Franck B, etc..) qui me doublent, m'encourage à prendre le train, je croche 100m et les voilà déjà loin. Je n'avance pas !
 
Longue descente dans le bois avant d'attaquer, la montée vers St Aubin de Routot, je suis toujours dans le même état : Vide. Trois membres du LHSA (Florence, Thierry et Franck) me rattrapent et m'encourage, je reste un peu avec eux, et je ferais le yoyo toute la fin course avec ce sympathique trio. Car oui, je suis allé jusqu'au bout, comment ? Pourquoi ? Je n'en sais rien. En me disant certainement que ce serait bon pour la suite, que je bosse le "mental", que ceci ou que cela. Bref, le fin de course sera du même tonneau, j'arrive à courir 500m et pffffffiiioutt plus de jus, pas de jambe, pas de plaisir, rien, zéro, nada.
 
Je retrouve notre chasseur de trailer sauvage, caché derrière un arbre et qui se fait un malin plaisir de nous shooter en haut du Trail des 7 Mares 2014dernier gros gros pétard de la course, je finis en trottant, je vois le chrono qui défile, mon temps de 2H21' en 2013 et passé depuis longtemps. Je passe la ligne en 2H33'.
 
Je récupère mes lots, discute avec les copains qui ont presque tous la banane, moi non, je suis déçu de ma course, pas à cause du temps final, je ne joue de toute façon pas les podiums, mais du déroulement de ma course, ou je n'ai pris aucun plaisir après le 8ème kilomètre, une des premières fois que j'ai cette sensation sur une course, ou pourtant tout était là (météo, terrain, parcours) pour s'éclater un maximum.
 
Une course à mettre aux oubliettes, quelques jours de repos, pour me reconcentrer sur le plan d'entrainement en vu du vrai 1er objectif de 2014, le RadiCassant et ses 110 km de (j'espère) plaisir !
 
Equipements : 

 

Vous avez aimé l'article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn