Ce titre est un peu racoleur je l'avoue, désolé de vous décevoir,  je n'ai pas fait 3eme à l'UT4M90 cette année, je n'ai même pas pris le départ alors que j'étais inscrit, mais ça c'est une autre histoire.

Donc sous ce titre, je vous propose de vous faire vivre de l'intérieur les sensations et la course du 3ème de cette course autour de Grenoble. 
Pierre, copain de club et en pleine ascension sportive cette année, vous propose son compte rendu, de quoi mieux faire connaissance avec lui. Je lui laisse le clavier...
 
"Après une bonne semaine de repos après l'UT4M, qui s'est déroulé le samedi 23 août, il est temps de vous faire un petit CR de cette très très belle aventure Grenobloise.


Après 15 jours de vacances près de Nice où j'ai fini d'affuter les cuissots par de courtes sorties avec du D+, des glaces et des pizzas du pays, il était t'en d'aller en découdre sur les sentiers Isérois.  

Le départ est donc donné le samedi 23 août à 10h de "Livet et Gavet" pour les 250 coureurs. Le départ commence par une belle bosse, 9km 1700m D+. Rien ne sert de s'affoler, la route est longue. Départ prudent dans un petit groupe, puis progressivement je passe devant pour mener mon train.

 

Arrivé à la Croix Chamrousse (2253m) dans un brouillard monstre, du vent et quelques

gouttes, surprise l'assistance est là et m'aide à me ravitailler. Je pointe alors en 5ème position. Grand étonnement de ma part car j'étais monté à mon rythme qui n'est pas 

celui de Kiki (Kilian Jornet pour les intimes).

Descente "prudente" jusqu'au refuge de la Pra où le paysage est habituellement magnifique (succession de lacs et de cascades) mais le brouillard nous empêche de voir ce superbe spectacle. Le temps se découvre quelque peu et on peut admirer le magnifique cirque avec les troupeaux de moutons au refuge.

Malheureusement, cela est de court instant car le brouillard revient très vite et les descentes sont plus que périlleuses dans les cailloux rendus glissant par cette pluie fine. 

 

Arrivée à Freydières (km 25) après une longue mais très rapide descente. Mon assistance m'attend. Le pied !!!
Le beau temps est revenu, et c'est maintenant le soleil et le ciel bleu qui vont nous accompagner jusqu'à la fin et nous mener dans le massif de la Chartreuse. Ravitaillement au fromage et jambon de pays, des TUC, du coca et c'est reparti. Je remplirai mon sac au prochain ravito de barres et de gels.

La section plate entre les deux massifs se fait assez facilement pour un gars du plat pays qu'est la Normandie malgré la chaleur. Les jambes sont encore fraiches et la foulée peut être allongée. L'assistance est bien présente à Saint Nazaire. Remplissage du sac en boisson Isostar, gels, barres et lait concentré. Je prends le temps de discuter avec les personnes qui sont venus avec nous pour prendre des nouvelles des autres sur le 90 et le 160.

C'est reparti pour 15 km de montée pour aller se faire pointer à Chamechaude (2052m). Etant un point aller-retour, je croise dans la montée les trois premiers qui redescendent, et me fais donc pointer en 4ème position. Une belle descente jusqu'au ravitaillement du Sapey où je rattrape le 3ème,  2km avant le ravitaillement. Il est plus rapide que moi au ravito mais je mets les gaz en sortie de ravito et revient vite dessus dans le début de montée au fort, où il en remet un petit coup pour me tester.

Mais je tiens et je sens que les cuissots tiennent bon. "Je vais l'avoir cette espagnol !!!!!" Je fais la descente jusqu'au col de Vence, dernier ravito, où je lui mets un petit écart. Ravito rapide pour ma part, jambon-fromage, il ne reste plus que 12km, 200m D+ et une belle descente pour franchir la ligne. En sortie de ravito, je discute avec l'espagnol, in english of course, pour savoir ce que l'on fait. On décide alors de terminer ensemble la course. La nuit est tombée, les frontales sont sorties. La longue descente jusqu'aux rives de l'Isère semble interminable de nuit mais les points de vue sur Grenoble "by night" sont vraiment splendides. On s'arrêterait presque sur le bord du sentier pour le paysage. Les cuisses commencent vraiment à piquer, mais il reste ces foutus 3km de plat sur le goudron où il faut relancer à bloc pour être sous les 12h de course. Je motive Sergio par des "Vamos" pour ne pas trop ralentir. Arrivée dans le parc, la voix du speaker se fait entendre, la fin est toute toute proche. Dernière ligne droite avec du monde de part et d'autre. Je franchis la ligne en 11h59min28s. SOUS LES 12H !!! Pari réussi.

Une très belle course réussie, des paysages magnifiques malgré ce brouillard qui nous a bien empêché de voir les sommets et les lacs. Mais surtout cette troisième place sur une course de montagne où quelques étrangers étaient bien présents. Je retiendrai une chose, c'est que l'émotion de la 3ème place est bien moins forte lorsque l'on arrive à deux. Au final, cet UT4M reste toutefois moins difficile que le GRP80 (Pierre à finit 34ème en 2012 et 27ème en 2013 juste derrière Maud Combarieu) avec des portions bien plus roulantes... Mais c'est tout de même une course à faire !!! 

 
Si vous voulez en connaître un peu plus sur Pierre, voici son blog et ses autres comptes rendus de podiums, car l'UT4M n'a pas été son unique podium de 2014, loin de là. Si quelques Team ou sponsors veulent le contacter, il ne faut pas hésiter...
 

Vous avez aimé l'article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn