Retour sur une course qui ne me réussit pas ou plutôt qui ne me réussit plus. Après avoir été triple finisher des 3 premières éditions du RadiCassant, me voilà double "abandonneur" sur les éditions 4 et 5.

En 2017, abandon au 50ème kilomètre sur un problème aux genoux, problème toujours inexpliqué, et qui n'est jamais revenu, cette année abandon au 80ème km sous le soleil et avec le sourire… Explications.

Tout commençait pour le mieux, très détendu au départ du normalement "Super Défi" 114 le Samedi et 60 le Dimanche, un pari un peu fou à faire avec les copains, au moins le Dimanche car je ne pourrais pas suivre la cadence avec eux le Samedi.

Départ sous les fumigènes, toujours un bonheur de partir dans cette ambiance-là, je regarde dans ma poche mon plan de route, oups j'ai pris celui du 60 du Dimanche, tant pis je pars à mon rythme sans forcer. Je suis bien sur les premiers kilomètres, la mise en marche se fait plutôt bien.

Passage au K10 en 1H09' (Prévision en 1H36'), cardio au ralenti, cuisses en plein forme, direction le 1er ravito. Je fais un passage express, j'attrape 2 tucs, 2 abricots secs et trace ma route.Au K20, je passe en 2H21' (Prévision en 3H05'), je ne force toujours pas, je suis très bien, je cours dans des passages ou je marche d'habitude, la température me va bien, le terrain est sec, nickel ! Vers le K34 tout en haut d'un pétard (80m de D+ en 500m) encombré d'arbres tombés à terre, je retrouve le sadique organisateur qui se fait un plaisir de nous voir enjamber tous ces arbres ! Il doit se prendre pour Laz sur la Barkley !!

En haut de ce pétard, je m'étonne même de relancer aussitôt. Ravito du K40, je passe un coup de fil à ma moitié, tout va bien, un ravito express, Tuc, Emmental et zou. Je ne m'attarde pas trop le coin est infesté de moustique je me demande qui profite du ravito les moustiques ou les trailers ???

Prochaine étape la base de vie du K58, toute cette partie entre le K40 et le K58 est la plus ardue du parcours, quasiment 1/3 du D+ se prend sur ces 18Km. Un copain du club est présent dans les  bois, une petite photo, on discute, c'est super d'être venu jusqu'ici. L'an passé au même endroit je descendais quasiment en marche arrière tellement j'avais les genoux en vrac…

Cette année, j'avale cette portion en moins de 3H,mon meilleur passage toutes éditions confondues, j'arrive en pleine forme au bivouac de mi-parcours, j'ai un peu plus d'une heure d'avance sur mon programme en 17H00. J'attrape mon sac de bivouac, refait le plein des 2 flasques et de la poche à eau, avale un croque-monsieur maison et un gobelet de soupe, recharge ma montre. Discute un peu avec les amis présents sur place, un ami trailer qui arrête ici et je reprends ma route 25mn plus tard.

Là, j'ai beaucoup de mal à relancer la machine, je marche sur environ 2km, puis dans la descente vers Villequier, je retrouve un peu de cuisses et me remets à trottiner, nous passons en bord de seine, il fait beau, la température est nickel, je trottine jusqu'au retour dans les bois. Une fois arrivé sur le plateau en direction du prochain ravitaillement au KM80, je ne sais pas ce qui m’arrive. Pas une baisse de moral, ni un coup de mou physique, juste un coup de "plus envie".

Ce passage sur le plateau n'est qu'une succession de route et de chemins, de champs pendant une dizaine de kilomètres. Je m'ennuie, je suis tout seul sur ce segment, pas envie de courir, je marche, je marche pendant des kilomètres en espérant que l'envie revienne. Des concurrents m'encouragent, me disent de m'accrocher, l'esprit trail quoi. Mais que nenni je reste en mode balade, et y resterai jusqu’à Km80.

Ravitaillement N°4 et fin de ma course. Ce point de passage est a moins de 2km de l'arrivée officielle, j'ai encore une boucle de 34Km à faire, sur des chemins que je connais par cœur, les arbres, les fleurs, même les cailloux me disent "Bonjour !" quand je passe….

Bref, ces chemins qui me servent souvent de chemins d'entrainement à pied, en VTT, où passent beaucoup de courses de la région et qui, à ce moment-là ne me motivent plus du tout !
Je suis en bon état physique, le mental est là, mais plus la motivation de partir sur cette dernière boucle, et c'est sans aucun regret que je rends mon dossard au point de passage.

Bizarrement, je ne retire de cet abandon quasiment que du positif ! Tout d'abord le plan d'entrainement adopté a été le bon, tellement je suis bien sur tout cette première partie de course.

Deuxièmement, niveau alimentation, j'ai quasiment tout changé.
Au niveau liquide, je suis parti avec 2 flasques (500 ml) avec 1/3 jus de raisin et 2/3 eau, 1 poche à eau avec une bouteille de St Yorre complète (1,25l), pour le solide pompote "Pomme Banane" (la seule chose habituelle) et un mélange maison : dattes, figues, abricots secs, cranberries, baies de Gojy et fruits secs (amandes, cajou, noix, …) et au ravito un croque-monsieur maison , préparé avec amour ! Tout est super bien passé, pas de baisse de régime, pas de mal au ventre, rien du tout, quasi parfait.

Seule ombre au tableau une vilaine ampoule derrière le talon gauche, moi qui n'en ai jamais. Les ASICS Trabuco plutôt confortables, une paire de chaussettes BV Sport aussi confortable et pourtant une ampoule, un truc dans la chaussure, dans la chaussette, je ne sais pas, bizarre.

J'ai validé en course, ces nouveautés alimentaires (appliquées uniquement en entrainement), ce plan de préparation, bref que du bon, que je conserverais pour l'Infernal des Vosges (120K / 5700m D+) en Septembre.
Bien évidemment le Super-Défi est tombé à l'eau, mais toujours sans regret. Je tiens à féliciter les copains finisher du "Crazy Défi". En plus du 114 et du 60 km, ils enchainaient le Samedi soir (après le 114) avec un nocturne de 17 Km, soit 190 Km en 2 jours. RESPECT les amis vous êtes des machines, mais là on ne joue plus dans la même division !

Merci à ma moitié pour les encouragements et les provisions. Merci à tous ceux croisés sur le parcours et les ravitaillements et qui m'ont encouragé, et bien sur une mention spéciale à l'organisation du Radicatrail, le chef, sa femme et toute cette bande de bénévoles aux petits soins pour nous, rendez-vous en 2019 mais plus sur le 114 !

Equipement :
Chaussures ASICS Trabuco / Cuissard CompreSport Trail v3 / Sac Aonijie Marathon 5l + 2 Flasques Aonijie 500ml + 1 Poche à Eau Aonijie 1,5 L / Goblet pliable Aonijie / Visière Trail Endurance / Chaussette BV Sport / Boxer Athena Sport / Montre Garmin Fenix 3 / Lunette Julbo / Bâtons Guidetti Explore Carbon

Vous avez aimé l'article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn