Objectif N°2 sur ma liste 2018, j'arrive dans les Vosges avec pas mal de questions, vu ma liste de résultats de mes derniers ultras. RadiCassant 2017 (Abandon sur blessure), Ut4M 2017 (Abandon sur insolation), RadiCassant 2018 (Abandon sur "Ras le bol"), bref fin 2017, je remettais en cause ma participation sur les ultras de plus de 100 K tant les abandons à répétition commençaient à s'accumuler, comme au poker, sur cette course je décidais de payer "Pour voir"….

 

4H00, réveil, douche, je suis tout seul dans le gîte, je jette un œil sur le livetrail, mes amis sont toujours en course.

C'est bon ça !! Dans le top 30 sur le 200K c'est TRES bien ! Petit déjeuner habituel d'avant course, mes pancakes fétiches et mon bol de ricoré, une dernière vérification du sac de course, mise en place des flasques, de la poche à eau.

Un œil dans le sac de base de vie, tout est ok. Je sors, la nuit n'est pas si fraiche que prévue, le départ se fera juste avec le maillot et les manchettes, pas de veste.

5H40, Voilà nous y sommes, après un passage au stade du Perrey hier pour les dossards, le soir à 00H00 pour voir le magnifique feu d'artifice et encourager les potes sur le départ du 200K, c'est à mon tour.

Je dépose mon sac de base de vie, je retrouve mes parents  assurant mon assistance sur les 3/4 de la course, une première pour moi d'avoir une telle assistance.

Quelques mots d'encouragement, je passe dans le sas de contrôle des sacs, me voilà dans la zone de départ, face à un écran géant qui diffuse les images de la course du 200K.

5H50. Tous les copains Normands engagés sur ce trail sont là, Michel, Alain et Gwenaël, ça discute, ça rigole pour se détendre, bien que le stress ne soit pas trop présent, c'est toujours une ambiance un peu particulière qui règne au départ de ce genre d'épreuve. 238 au départ, mais combien à l'arrivée, et surtout feront nous partie de ces finishers 2018, édition anniversaire.

La musique monte doucement, dernières consignes de course, allumage de l'enseigne de feu "L'infernal 10 ans". Après 8 semaines de prépa (que je détaillerais bientôt dans un article), c'est le moment d'être prêt.

6H01 Frontale "Bindi" visée sur la tête, bâtons dans les mains, faut y aller. 3,2,1 Gooooo le peloton s'élance tranquillement, nous passons derrière l'enseigne en lettres de feu, prenons directement les chemins, pas de ville à traverser, le peloton reste groupé, mais les chemins sont assez larges.

Gwen part devant, je reste avec Michel pour ce début de course. Les premiers kilomètres se passent plutôt bien, je suis assez vite dans la course, je papote avec Michel des trails passés et à venir, mais au bout de 7km nous voyons Gwen arrêté sur le bord d'un chemin, grosse douleur au genou l'empêchant de courir.

Il veut continuer, il verra bien.

Arrivé au 1er sommet, le jour se lève nous avons une vue superbe sur St Etienne Les Remiremonts, un peu de brume dans la vallée, sur les sommets en face, c'est pour ça que je fais ce sport !

Michel est quelques encablures derrière moi. Nous attaquons ensuite la descente vers "Le Syndicat" pour le 1er ravito. Dans une descente, un groupe d'une dizaine de coureurs devant moi, fait demi-tour, plus de rubalise !

Nous remontons 200m de chemin, le changement de direction n'était pas très visible, du coup je retrouve Michel et nous faisons les derniers kilomètres ensemble jusqu'au 1er ravito.

Il fait beau, les sensations sont là, la journée va être belle !

Le début de cette descente est assez scabreux, dans les pierres, je suis dans un groupe d'une dizaine de coureurs, l'ambiance est plutôt bonne, j'essaie de garder mon rythme et de profiter un peu de ce paysage au lever du jour.

Le reste de la descente se passe tranquillement, un bon petit rythme de début de course.

Arrivée à la Mairie du "Syndicat", nous traversons rapidement le village, pour nous rendre au ravitaillement. Il y a pas mal de monde dans la rue, ils encouragent, ils applaudissent, ca fait du bien.

Je retrouve mon assistance, rangement de la frontale, remplacement du bandeau par une casquette, lunettes de soleil sur le nez, je refais les niveaux, quelques abricots, raisins secs et hop c'est reparti.

Pas la peine de trop s'attarder sur ce premier ravitaillement, j'ai encore de quoi boire et manger dans mon sac.

Dès la sortie du 1er ravitaillement nous attaquons la monté vers Chèvreroche (Alt. 826m), environ 5km de montée pour 400m de D+, nous sommes dans le bois, nous traversons quelques rivières sur des p'tits ponts, nous "escaladons" un gros pierrier sur une cinquantaine de mètres, bref le parcours se corse un peu, mais reste techniquement "accessible".

Arrivé au sommet, je prends le temps de sortir mon téléphone pour une petite photo souvenir et zou c'est reparti, direction Rochesson pour le 2eme ravitaillement, en passant par la "Roche des Ducs" un passage de 3km avec 300m D+ / 400m D-, de quoi apprécier le ravitaillement qui arrive.

Une soupe, le plein des flasques et de la poche à eau, je retrouve Gwen qui a abandonné au 1er point de ravitaillement. J'ai perdu Michel dans les bois, je ne le reverrai qu'à la base de vie.

Ce passage sera mon seul coup de moins bien sur la course. La traversée de Cornimont en plein soleil, il est 14H30, il fait très très chaud et il y'a encore 7km de montée avant la base de vie.

A la sortie de Cornimont, nous entrons dans un bois, dès que je trouve un coin d'ombre, je me pose, assis sur une souche, je tombe le sac, enlève la casquette, ouvre le t-shirt en grand, je fais refroidir la machine.

Après 10mn de pause, je reprends la direction de la base de vie, la montée se passe bien, comme je suis venu faire l'assistance des copains sur le 200 hier, j'ai repéré un peu le coin, comme je sais où se trouve la base de vie, je gère la course pour arriver en bon état.

16H03, arrivé à la base de vie "Ermitage St Joseph", je retrouve mes parents, toujours accompagnés de Gwen. Je prends mon sac de change et je m'assoie, je tombe le t-shirt et reste torse nu, pour respirer un peu. Je m'aperçois que je ne suis pas le seul à pratiquer ce nudisme sportif.

Une assiette de pâtes, du jambon, pour recharger les batteries, une pomme et des abricots secs en dessert. Mes parents gèrent le remplissage de la poche à eau et des flasques. C'est une première pour moi d'avoir de l'assistance sur une course et c'est vraiment royal ! Je me change complétement, chaussures, chaussettes, cuissard, maillot tout y passe.

Autant repartir sec, encore 2H de soleil avant la nuit, il ne faut pas attraper froid. 30mn après mon arrivé Michel arrive, nous discutons un peu, tout va bien aussi pour lui, c'est cool, ils assurent les Normands ! 16H40, c'est reparti pour 11 km jusqu'au prochain ravito. 

Dès le début de cette étape le ton est donné ! Nous remontons une piste rouge, puis une verte : 1 km pour 240m de D+, pente moyenne à 28%, ouch !

Arrivé en haut, j'en profite pour passer un coup de fil à ma p'tite femme pour lui dire que tout va bien, des p'tits mots d'encouragement vous remettent le moral au beau fixe ! 

La suite de cette portion sera assez roulante en descente, mais une deuxième montée du même type que la piste rouge se présentera au km65, mais dans la forêt et dans les pierres, encore plus sympa que l'herbe tondue de la piste rouge, le tout pour finir dans une forêt totalement recouverte de mousse, un paysage surréaliste !  Vers 18H30 je reçois un SMS de mes copains avec juste un mot "Finisher", C'est bon ça !! ENORME course les gars ils terminent le 200K en 42H !! Je suis dans l'obligation de ramener aussi ma veste de finisher !!

Je repars du ravito de Pré-choffé pour attaquer la nuit, cette partie est assez roulante. Je retrouve de nouveau mes parents au ravitaillement de Reherrey, je me suis fait piquer un mollet par une guêpe,  j'espère ne pas faire une "Killian". Je refais les niveaux, mange une soupe, je ne reverrais pas mon assistance avant l'arrivée.

Mais comme tout va bien, musculairement et mentalement, je sais que, sauf accident, j'irais au bout, le temps de 25H prévu est largement jouable, je me mets même en temps de passer sous les 24H de course, allez go on le lâche rien.

 

Après encore une ou deux erreurs de parcours suite à du balisage un peu léger, j'arrive à la 2eme base de vie "Les Tronches", 00H51. L'ambiance est étonnante dans ces bases de vie en pleine nuit,  il reste encore 25 Km à faire. Certains coureurs du 200, voir du 120, dorment, d'autres se font soigner, d'autres encore errent agards.

Des trailers le regard perdu dans leur bol de soupe se demandant  quoi faire. Je me fais un tête à tête avec une assiette de pâtes/jambon pour finir la course, mais elles ne passent pas, je n'ai pas de problème d'estomac mais, je mâche, je mâche mais je n'arrive pas à avaler ces pâtes. Je ne force pas, cherche quoi prendre et c'est une assiette de quartiers de pommes qui aura ma faveur, puis quelques abricots et raisins secs.

Voilà le plein est fait, je rechausse la frontale et file vers le dernier ravito, en laissant les dormeurs à leurs rêves et les blessés aux soigneurs. A quelques kilomètres du dernier ravitaillement, je me vautre dans une descente pleine de gros cailloux, certainement aidé par des pieds un peu moins agiles après 21H de course…Je pars la tête la première. Heureusement une grosse pierre au bord du chemin aura la bonne idée de stopper ma chute. J'ai mal aux genoux, tibia, épaule, côtes et j'ai le souffle coupé.

Je me relève le plus vite possible, c'est chaud, faut pas stopper là !

J'arrive au dernier ravito, je fais un "Gaz and go" comme en formule 1, un verre, 2,3 trucs à manger et c'est reparti. La fin de parcours se passe toujours bien. Je cours dès que je peux, seules les descentes avec du D- un peu prononcé me freinent, les cuisses commençant à chauffer.

Je trotte en espérant entendre la musique du stade, d'arrivée. Vers 5H00, je vois des lumières au loin à travers les sapins, j'entends la musique electro, boum boum boum, qui me motive, la musique me guide, BOUM BOUM BOUM, je me rapproche……de 2 caravanes équipées "full sono" et projecteurs, des "teufeurs" collés aux enceintes nous regardent passés l'air aussi surpris que nous de cette rencontre en pleine nuit dans les bois.

Damned, je ne suis pas encore arrivé….Je me reconcentre sur le balisage et reprend mon rythme

25mn plus tard, je sors enfin du bois et je termine cette descente qui n'en finissait pas. Cette fois ci, je vois le stade d'arrivée, les lumières, C'est bon, j'y suis !! Je traverse une partie de St Nabord, traverse la route, passe le tunnel, une arche, monte sur le talus, fais le tour du stade et redescends le talus vers l'arche d'arrivée !

Biiiip 05H39' du matin, la bénévole me tend la veste de finisher, me passe une médaille autour du coup et me félicite.

Mes parents après une courte nuit, sont sur la ligne d'arrivée, photo finish sur le stand de "Finisher" avec un concurrent en sale état. Je passe par la cellule médicale pour soigner mes genoux, et enlever la terre, direction le gîte, une douche.

Je me couche et je croise mes amis finishers du 200, qui se lèvent, petit debrief rapide de nos courses, et je tombe comme une masse dans les bras de Morphée.

Réveil dans la matinée pour une courte nuit, direction le stade d'arrivée pour retrouver Isabelle & Eric qui en finissent avec le 12 Km en hommage à Mickael collègue de travail d'Eric. Bravo à eux pour cette course pleine d'emotion !

Retour au gîte, apéritif de finishers, repas, photo de finishers avec de gauche à droite, moi-même, Jean-Charles, Jean-Phi et Fred, finishers du 200, et Gaël finisher du 30K et propriétaire du gîte.

Un week end qui se termine en beauté pour tous, JC nous quitte pour un retour rapide sur Paris, nous restons encore une soirée pour un repas avec mon "assitance" et les finishers, demain direction la Normandie.

Un GRAND Merci à toute l'ogranisation de L'Infernal des Vosges, vous êtes au TOP !! Bénévoles aux petits soins, commissaires toujours avec un petit mot d'encouragement, etc...
Un ENORME Merci à mes parents pour l'assistance, ca vous change une course d'avoir de l'assistance !
Un BIG KISS à ma femme et à Willow (mon chien) pour les échanges téléphonique qui remontent le moral, même si le moral était au beau fixe, ca fait du bien !
Un GROS POUTOUX à Fred, Jean-Philippe et Jean-Charles (La Route du Trail) finishers du 200K avec qui j'ai passé un super week-end, vivement le prochain !
MERCI à Gaël et sa femme, les propritéaires du gîte "La Vosgienne" pour l'accueil sympathique et la qualité du gîte.
MERCI à Eric & Isabelle pour leur accueil et leur repas "diététique" du Jeudi midi.
MERCI à tous les copains, collègues, etc....pour leurs messages !
BRAVO à tous mes potes Normands (Michel, Alain, Nico) pour avoir finit leur courses et bonne récup' à Gwenaël.

Si vous avez des questions sur ce trail, sur le matétriel, sur ma course, les ravitaillements, etc... N'hésitez pas à les poser, je me ferais un plaisir de vous réponde wink

 

Vous avez aimé l'article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn