Objectif N°1 de ma saison trail 2019, la Montagn’Hard s’annonçait comme un gros morceau. Rustique, pentue et à ne pas prendre à la légère. Cette boucle de 108 km au départ de St Nicolas de Véroce cumule environ 8000 m de D+, avec une moyenne de D+ à 20%, le tout à boucler en moins de 35H, il ne faut pas trop trainer. Maintenant que le décor, et quel décor, est planté voyons en détails ma course…ou une partie de la course.

Départ dans le bourg de St Nicolas de véroce à 5H05, température nickel 18°, les prévisions s’annoncent très chaudes pour la journée, toutes les recommandations sont faites pour que tout se passe pour le mieux. Mes compères, Frederic et Jean-Charles (La Route du Trail) sont là, nous faisons les 200 premiers mètres ensemble, ce sera les seuls de la journée…

C’est parti, nous attaquons le petit déjeuner : Le Mont Joly, 7 Km avec 1300m D+. Pas de panique la journée sera longue, j’avance tranquillement sans forcer, mais toujours sur le même rythme. Après 2H me voila en haut du Mt Joly à 2525m.

Quelle vue !!! En face le Mont Blanc au lever du soleil, la chaine des Aravis, pffffiouuu c’est TRES TRES BEAU !! Une petite photo pour le souvenir (je suis une quiche en selfie !) et direction les crêtes pour 5 Km jusqu’à l’aiguille croche (2487m) en passant par la tête de Combaz (2445m) et la Tête de Véleray (2452m), il reste un peu de neige sur les crêtes, c’est magique ce passage.

Tout va bien, j’arrive au premier ravitaillement de Tierce a la 301ème place en 3H04’ avec 36’ d’avance sur ma meilleur estimation de course en 31H, ca remonte le moral. Je fais toujours 3 plans de route sur ce genre d'ultra, surtout par rapport aux barrières horaires, sur la Montgn'Hard j'avais prévu 31H, 33H et 35H temps limite pour arriver à 16H00 dimanche.


Un peu de produits locaux au ravitaillement, jambon et tomme, je devrais dire la tomme atomique, une tomme fermière du village, c’est une tuerie !! Je n’ai qu’une envie c’est d’arriver le plus vite possible au prochain ravitaillement !!


Direction le Pontet après une descente d’environ 12 km et 1100m D-, pas très technique, des grands chemins permettent de dérouler tranquillement sans se faire mal en gardant un petit rythme.

Arrivé au camping du Pontet je retrouve mes parents, assistants du jour, une soupe, un peu de jambon et de la tomme bien sur ! Un petit SMS à Fred et JC pour les prévenir de mon avancée.

 J’ai toujours une petite demi-heure d’avance sur mes 31H, j’ai repris 4 places, parfait ! Direction le prochain point de passage « Le Bolchu » 7km et 900m plus loin.

Sauf qu’a la sortie du camping, nous prenons un chemin en faux plat montant, qui n’en finit pas, ma montre m’indique le Bolchu à 6km, puis 5 km, puis 4 km et toujours pas de grosse montée. Mais où sont les 900m de D+. Et là, cachée derrière un sapin le début de la montée il reste 3,5 km !! Cette montée est interminable, j’en bave sévère !

Jusqu’au col avant le ravitaillement c’est une pente moyenne de 25%, une partie en sous-bois, le reste au soleil, puis ENFIN le passage à coté de l’aiguille de Roselette (2134m) et une petite descente vers le ravito que l’on aperçoit au loin. J’arrive sur place DE-CAL-QUÉ ! Le Normand que je suis ayant (quand même) la chance d'habiter à 97m d'altitude, n'est pas forcèment habitué à ce genre de "grimpette" laugh

Je ne suis pas bien du tout, la tête tourne, je suis fatigué, heureusement il y a de la tomme !! Je me pose, j’ai encore 20’ de bonus sur mes 31H. J’enlève le sac, la casquette, je prends mon ravito tranquille et je m’allonge dans l’herbe. Il faut que je me reprenne, il n’y a que 31 Km de fait.

J’appelle ma femme (qui me dira plus tard que j’avais une « sale » voix au téléphone), et je prends la direction du col de la fenêtre (2245m), je sens que ca va mieux, cette pause m’a fait le plus grand bien. Malgré cette avarie, j’ai repris 10 places me voilà 295ème, ça c’est bon pour le moral !

Passage du col impressionnant entre les roches puis une descente un peu technique dans la roche, la fin sera plus facile dans des grands chemins assez roulants. Passage auprès de la cascade de « Combe Noire » et début de la montée vers le refuge de « Tré la tête »  1969m. 2,5 km de montée avec 500m de D+ soit plus de 28% de pente moyenne. Je prends mon rythme de croisière par hyper rapide mais constant.

Dans la montée j’entends un concurrent au téléphone annoncer que la course serait déviée sur le 60 après Miage (km 50) à cause de prévisions d’orages. Je reste concentré, je me méfie toujours de ces rumeurs de course. J’avance toujours, un peu plus loin 2 coureurs discutent de la même chose, puis encore 2 autres plus loin, ça commence à sentir le roussi cette affaire…Mais ça monte toujours alors on avance !

Par sécurité je préviens mes parents, en route à pied vers Miage de faire demi-tour, ils m’annoncent qu’ils croisent plein de coureurs du 110 en train de descendre de Miage vers les Contamines car la course s’arrête, cette fois ci plus de doute.

Je reste dans ma bulle jusqu’au refuge de Tré la Tête, je ne m’attarde pas, préviens ma femme de la fin de course, et me fait plaisir dans la descente jusqu’aux Contamines, c’est la dernière descente de la journée. A la sortie de la forêt une bénévole nous confirme la mauvaise nouvelle : La course du 60 Km est déviée vers le 40 km,  celle du 110 km déviée sur le 60 km pour les plus rapide, pour les autres c’est stop.

Fred m’appelle pour savoir où j’en suis, eux sont déjà rentré à l’appart, ils avaient 3H d’avance sur moi, mais ont aussi été stoppés.

Une alerte orange pour orages violents est annoncée par Météo France et un arrêté préfectorale met fin aux courses à 16H00. Je stop ma montre, 50 km / 3440m D+ / 11H36’ de course, mon estimation me faisait arriver à Miage pour 17H35 avec encore 10’ d’avance sur mes 31H.

Je suis déçu, frustré, mais pas en colère, on ne joue pas avec la sécurité juste pour notre satisfaction personnelle, ce n’est qu’un loisir.

S’en suit un retour en navette, la récupération d’une médaille de finisher, non méritée, une douche et une bonne bière fraiche avec Fred et JC et mes parents.

Fin de l’aventure Montagn’Hard, dommage elle plutôt bien engagée cette affaire, dans mon plan de marche de 31H, la barrière étant de 35H, je pouvais aller au bout et manger encore un peu de tomme aux ravitaillements ! Le classement fait au passage de Tré la Tête me donne 242ème en 10H11’00. Devant moi 43 coureurs ont été déviés sur le 60 Km, je fais partie des 221 pointés à Tré la Tête, les 22 suivants ne seront pointés qu’a Bolchu.

L’appartement est déjà réservé pour 2020 pour le retour de la vengeance sur la Montagn’Hard !! Connaissant maintenant ce qui nous attend, je pourrais adapter ma prépa en conséquence, mais si j’étais plutôt pas mal cette année.
 

MERCI à toute la petite organisation de cette course, ne changez RIEN, pas de fioritures, pas de bla bla, uniquement l’essentiel ! Rien à dire sur la décision difficile à prendre mais la sécurité de 1000 coureurs ne peut pas être mise en question.

MERCI à ma femme et mes parents pour les encouragements et l’assistance, ça fait toujours du bien
MERCI aussi à tous les autres pour les messages pendant la course (SMS, Reseaux sociaux, pigeons voyageurs, etc..)

BRAVO aux 2 amis Fred et JC pour leur course, vous êtes des champions !

MERCI aussi d’avoir inventé la tomme fermière du village !!

La video de JC de la Route du Trail pour mettre des belles images qui bougent sur ces décors de dingues !!



Mon équipement sur cette course :

  • Baskets : ASICS Trabuco 7
  • Maillot des Trailers Normands (Zoomyn)
  • Cuissard basique avec quads CompresSport
  • Chaussettes Kalenji Kiprun épaisses
  • Sac à dos Raidlight Olmo 12L avec 2 flasques 600ml (1/3 jus raisin, 2/3 eau) + poche à eau 1,2 avec de la St Yorre
  • Bâtons Guidetti Explore Carbone
  • Lunettes Julbo Aero avec verres Zebra

Vous avez aimé l'article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn