Objectif N°1 de cette saison, nous débarquons à Grenoble dès le Lundi matin avec la troupe des Normands, Fred et Jicey, engagés comme moi sur l’XTREM160 et DavMa engagé sur le Challenge (4 Massifs en 4 Jours).
Prise de position dans l’appart qui nous servira de base arrière pour ces quelques jours Grenoblois, visite du Palais des sports qui abrite le mythique vélodrome théâtre des fameux « 6 jours de Grenoble » lancés dans les années 70. Contrôle des sacs de course et du matériel obligatoire. Retrait des dossards, visite des stands partenaires, bref un bon début de séjour.

Les hostilités commence dès le Mercredi matin pour DavMa qui s’élance sur le Vercors, il fait déjà chaud sur Grenoble. Nous le suivons toute cette journée sur le live de chronométrage, tout en préparant nos sacs de base de vie pour le lendemain. DavMa nous fera un bon débriefing de sa journée sur ce 1er massif.

Jeudi, jour J, dépôt des 3 sacs de base de vie, briefing ou est annoncé que tout le matériel obligatoire sera à prendre (Bonnet, Gants, Surpantalon, etc..) les conditions météo sont très instables, de la grosse chaleur Jeudi et Vendredi, puis dégradation en orages dans la nuit de Vendredi à Samedi avant le retour du soleil.

Retour à l’appart, repas léger finalisation du sac de course avec les dernières consignes du briefing, une sieste à 17H00, nous voilà dans le tramway direction le Parc Paul Mistral et la pelouse du palais Ut4M Xtrem Grenobledes sports. Contrôle des sacs et entrée dans le sas de départ, nous sommes en plein soleil, nous cherchons un peu d’ombre derrière les barrières de départ. Fred et Jicey feront course ensemble, je n’ai pas le même niveau. Il fait environ 33° sur la pelouse, le speaker fait monter l’ambiance, tous les spectateurs et coureurs tapent dans les mains, un gros frisson me parcourt le corps, il se passe quelque chose ici !

18H00 précise, tous les coureurs de l’Xtrem s’élancent au son de « Carmina Burana », nous traversons Grenoble en ligne droite direction le Vercors, le rythme est assez élevé, car pour des consignes de sécurité, toutes les rues sont barrées ou sécurisées, donc c’est un départ groupé. 

Nous avalons les 4 premiers kilomètres en 20mn avec une chaleur étouffante. Arrivé au pied du Vercors je prends mon rythme normal « Ultra », Fred et Jycey partent devant je ne les reverrais plus. Le début de course est assez facile, pas de gros pétard, ça monte tranquille mais ça monte, mais même dans les bois j’ai très chaud, je m’hydrate régulièrement, ni trop, ni trop peu. 

J’arrive au pied de l’ancien tremplin olympique de saut à ski, il est totalement à l’abandon, tout comme l’escalier qui conduit au 1er ravito. Il est 20H20, j’ai un peu moins d’une heure d’avance sur mon plan, c’est bon pas de panique, un p’tit ravito, un coup de fil à ma moitié et ça repart. Nous passons devant le pic des 3 Pucelles avec le soleil couchant c’est magnifique ! Direction le sommet de Moucherotte à 1901m. Le pourcentage augmente dans la pente, je monte à mon rythme mais je sens que je commence à avoir froid, je frissonne et je sue en même temps. Je sors le coupe-vent et je continue ma progression, passage au sommet à 21H45. La descente de Moucherotte est plutôt facile, un large chemin en herbe et pourtant rien ne se passe, je n’arrive pas à courir, jambes en guimauve, je suis étourdi, je n’avance pas. Il faut que je me mette dans la course, sinon…

Ut4M Xtrem GrenobleA 22H35, j’arrive au ravitaillement N°2 (Lans en Vercors), j’ai mis 1H pour 5km de descente facile, je me traine, je ne suis pas bien du tout, je me pose 45mn au ravito, mange un peu, 2 soupes, un nouveau coup de fil à ma moitié à qui je raconte mes misères. A 23H10, je repars, les sensations ont l’air d’être revenues, j’attaque la montée du Pic St Michel (1966m) plutôt confiant. J’arrive à 00H30 au sommet, la montée s’est plutôt bien passée, j’ai même remonté quelques concurrents. La vue sur Grenoble de nuit est splendide ! Avancer, toujours avancer !

Direction St Paul de Varces, 8km et 1500m plus bas, la descente dans le bois est interminable et brutale. De nouveau il fait très chaud, avec mes jambes en mousse, je manque de tomber plusieurs fois. Au passage de la cascade de l’Arc, je trempe mon buff dans l’eau je me rafraichis tant que je peux. Arrivé à St Paul de Varces, une bénévole me demande si ça va tellement elle me trouve pâle, cela ne me rassure pas trop. Il reste encore 8Km et une bosse de 400m D+ avant la 1ère base de vie. Je reprends ma route et à 4H25 j’arrive enfin à la base de vie de Vif

Je file voir les secours, pour un check-up, pas de signes médicaux alarmants, à part un bon coup de chaud, la secouriste arrivée me dit qu’il fait encore 25° (4H30 du matin) et que la matinée du Vendredi va encore être très chaude, elle ne m’interdit pas de continuer, mais…..


Je retourne au ravito, pose mes affaires, mange un peu de pâtes/jambon, me réhydrate et attend un peu, il est 5H00, je suis toujours « flagada », j’ai encore 1H30 d’avance sur la barrière, mais à ce rythme dans l’Oisan, je vais en passer encore combien ? Une ? Peut-être deux ? Mais pas plus au vue de ma vitesse actuelle et de ce qui m’attend dans la matinée. 
Je regarde mes plans de marche, la version 51H (Temps Maxi) me dit que je devrais être sorti de la base à 4H15, soit depuis 1H, à 5H15, la décision est prise je « bip » une dernière fois mon dossard dans la catégorie abandon. Je suis dépité.

Je récupère mon sac de course, passe à la douche et attend la navette avec 2 autres coureurs, qui sortent aussi des secours pour déshydratation. Navette, tramway, appart à 7H30 du matin je me pose dans le canapé de l’appart, mon espoir d’être finisher d’un mythique « 100 miles » s’envole. C’est la grosse claque.

La claque, parce qu’on ne s’attaque pas  ce genre de course à 50, 60 ou 80% de ses moyens, c’est 100% ou ça coince. La préparation spécifique à cette course a été faite, je suppose correctement, car musculairement et physiquement (hormis le coup de chaud), j’étais bien, aucune douleur musculaire après ces 40K/2750m D+.

Ce qui m’a manqué, en plus de pouvoir supporter la chaleur, est d’avoir fait ou finit une grosse course longue, mon objectif de 170km sur le « Super Défi » du Radicatrail s’étant arrêté au Km50 sur blessure, je n’aurais donc pas fait plus de 50Km sur une sortie depuis début 2017. J’ai pourtant cumulé plus de D+ et de kilomètres que d’habitude, mais en Normandie. A s’endormir sur ses acquis, on se fait violement réveiller !

On ne part pas jouer sur les massifs montagneux comme ça, ça se mérite. Il faut revoir  ma stratégie pour aborder une prochaine tentative. Plutôt que de s’éparpiller à vouloir faire des trails locaux, qui restent sympas mais faciles. Je devrais plus me concentrer sur l’objectif visé et faire quelques courses de préparation longue avec du D+, avant de retourner jouer dans la cour des grands. Economiser en temps et en argent sur la Normandie et essayer de m’endurcir ailleurs. Sortir de sa zone de confort habituelle, sortir de ses habitudes de courses annuelles.

Je vais finir l’année 2017, sur quelques trails normands pour le plaisir. Le premier semestre 2018 sera occupé par un projet plus personnel que sportif, mais dès le deuxième semestre 2018, je commencerais à viser l’objectif d’un retour sur l’Ut4M en 2019, au moins un gros trail long autour de 100km avant fin 2018, peut-être l’Infernal des Vosges sur 120K avec Fred et Jicey ?
Une nouvelle tentative de « super défi » sur le Radicatrail 2019, un bon bloc sur l’Ardenne Mega Trail 2019 en juin, devrait pouvoir me permettre d’arriver encore mieux préparé. Une bonne claque ça remet toujours les idées en place !

Un ENORME BRAVO à Fred et Jicey pour leur course, finisher en 44H08’ et pour avoir fait les 5 derniers kilomètres avec eux, ils étaient encore bien dans leurs baskets ! Respect les warriors ! Bravo également à DavMa même si le challenge s’est soldé par une barrière horaire le 2eme jour, il a su rebondir, se reposer et se faire plaisir sur la Chartreuse le dernier jour !

MERCI à toute l’organisation de l’Ut4AIME, EXCEPTIONELLE, des bénévoles en or, toute la logistique qu’on ne voit pas ou peu, le PC Course si important et dans l’ombre, etc…etc… M E R C I !
MERCI à ma moitié pour le soutient avant et pendant la course et qui assurée ma communication avec les proches pendant la course ! 

MERCI à ma famille de m’avoir offert ce cadeau d’anniversaire, que malheureusement je n’ai pas su honorer correctement.
BRAVO ET MERCI à tous les Normands présent sur place mes 3 copains de routes (Fred, Jicey et DavMa), les Normands Guillaume, Emilie, les maillots Trailers Normands aperçu sur le Challenge, c'est toujours un plasir de discuter et d'échanger autour d'une passion commune.
MERCI à tous les ami(e)s qui m’ont soutenu pendant la course, via les SMS, les réseaux sociaux, etc…

Et comme disait le grand philosophe Autrichien A. Schwarzenegger : «  I Will Be Back ! »

N'hésitez pas à commenter, parager ou poser des questions wink

 

Vous avez aimé l'article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn